Page d'accueil > DoctorWho > Science fiction > Fiction > Doctor Who: The Burning Évaluation

Doctor Who: The Burning

Par Justin Richards
Avis: 10 | Évaluation globale: Médias
Lauréat du prix
0
Bien
6
Médias
3
Le mal
0
Terrible
1
La fin du XIXe siècle - l'âge de la raison, des Lumières, de l'industrialisation. La Grande-Bretagne est l'atelier du monde, le centre de l'Empire. Progrès a laissé Middletown derrière. La mine d'étain est exploitée, les emplois sont rares et une fissure s'est ouverte à travers les landes qui, selon les habitants, atteignent les profondeurs de l'enfer lui-même, mais les choses changent: Lord Urton

Avis

05/12/2020
Marianne Aube

Même si Paul McGann n'a eu qu'une seule aventure télévisée, il est l'incarnation de The Doctor a pu vivre sur divers médias (bandes dessinées et pièces audio Big Finish).

Mais ce sont ces livres de la BBC qui ont vraiment continué l'histoire pour moi, en ramassant autant que possible et en essayant de les mettre tous dans le bon ordre.

Je veux vraiment essayer de les revisiter à nouveau, en particulier ceux lors de la dernière course de la gamme dont je me souviens clairement.
05/12/2020
Nawrocki Matayoshi

Bien écrit et rempli de conversations suscitant la réflexion, ce roman trouve Huit errant dans une ville victorienne au bord de quelques événements très étranges. C'est un conte de Doctor Who très classique, les personnages secondaires sont tous assez efficaces et même mémorables, le méchant est pathétique et horrible et vraiment, ce n'est qu'un bon, bon roman de science-fiction.
05/12/2020
Montagna Creecy

C'était le livre où je suis allé chercher l'auteur parce que TELLEMENT la description des corps desséchés, etc., venait directement de The Banquo Legacy. Aaand, yup, Justin Richards à nouveau. Mec est copacétique avec ses tropes préférés, je vais lui donner ça. C'est juste que ses tropes préférés incluent des corps brûlés et désordonnés (descriptions aimantes de ceux-ci, y compris l'horreur du globe oculaire) qui peuvent ou non prendre vie, l'horreur en général et l'obsession de frère / soeur ombragée par l'inceste. Ce ne sont pas mes tropes préférés; en fait, on pourrait dire le contraire.

J'aimais cependant l'amnésie du docteur. Sa note de Fitz! Son sentiment qu'il se sentait plus ou moins comme lui dans un manteau de velours vert bouteille et un gilet fantaisie, alors il est allé en chercher un! J'ai beaucoup apprécié ses conversations avec le ministre anglican (qui, spoiler, est l'un des rares personnages qui s'en sort vivant), mais je ne savais pas trop comment le caractère aléatoire du docteur (crédible, doctorat) et les changements d'humeur soudains signifiaient livre qu'il n'a pas montré beaucoup de compassion visible pour les morts. Cela ne me semblait pas juste, même quand il avait perdu la mémoire.

J'adore tous les trucs amnésiques du docteur et du bébé TARDIS, et je suis ravi d'avoir encore quelques livres d'affilée sur ce thème!
05/12/2020
Dorolisa Callejo

[Pourquoi sa sœur meurt-elle dans l'incendie de la maison, si elle s'en éloignait et qu'il était beaucoup plus proche? Pourquoi se blâme-t-il, sauf pour le récit
05/12/2020
Ing Arseneault

J'étais très excité à propos de celui-ci et j'étais un peu déçu - ce qui ne veut pas dire que c'était terrible. L'intrigue était bien rythmée, le méchant était modérément effrayant et les personnages locaux intriguaient. J'ai particulièrement aimé le ministre. Ce n'est pas souvent qu'on trouve un visage aussi complémentaire appliqué au christianisme et à la religion. Il est probablement le premier personnage chrétien que j'ai jamais rencontré dans le Whoniverse qui fasse un bon travail de représentation des gens qu'il représente. J'ai beaucoup apprécié cela.

Peut-être à cause de son état, le Docteur semble un peu décalé. Il y a une trop forte concentration sur chacun de ses mouvements ou expressions - ce qui le fait paraître faux. (Une tendance qui se poursuit au cours des prochains livres, malheureusement.)

J'apprécie vraiment l'arc de l'histoire en ce moment. Le Docteur échoué sur terre est toujours une situation intéressante.

Si vous aimez le docteur, lisez-le.
05/12/2020
Kyrstin Siem

http://nwhyte.livejournal.com/2041514.html[retour] [retour] J'ai senti que cette fois, Justin Richards avait bien compris; nous avons un cadre industriel / minier victorien tardif bien réalisé, une bruyère, une présence extraterrestre qui tente les habitants crédules avec des promesses de richesse minérale et de puissance militaire, et des relations familiales complexes entre amis et ennemis. (Même certaines références bibliques, ce qui est rare pour Who.) L'audio Industrial Evolution avait un réglage similaire à certains égards, mais c'est mieux. Mon seul doute concerne l'amnésie du Docteur - pas un fan immédiat de cette histoire - mais il se passe tellement d'autres choses ici que l'on peut le laisser partir, et en fait peut-être que cela rend le livre plus accessible pour les fans non-Who.
05/12/2020
Levison Holle

Le Docteur arrive dans un petit village, où il est attiré par une mine. Le propriétaire a commencé à agir de façon inhabituelle depuis que son invité, un homme obsédé par le feu, a emménagé. C'est une lecture étonnamment bonne. Une histoire indépendante où le Docteur est de retour pour sauver des vies et arrêter le feu. C'est une lecture rafraîchissante après les précédents romans axés sur la continuité. Une très bonne lecture.
05/12/2020
Larimore Nutley

Bon formatage saisissant, Batman! La conclusion de ce reformatage n'est pas tout à fait à la hauteur de son ouverture ... mais en tant que roman autonome, son impact est comme une éclaboussure d'eau froide dans le visage.
05/12/2020
Beaumont Schochet

Pour une relance d'une série de livres, cela n'aurait pas pu être mieux fait. Le Docteur, échoué seul sur Terre, sa mémoire effacée. Superbe redémarrage après la folie de Faction Paradox.
05/12/2020
Hussein Bourjolly

Regardez ça. Un docteur sans mémoire peut être un vrai connard. Un bon connard, mais un connard quand même.

Laisser un avis pour Doctor Who: The Burning