Page d'accueil > Horreur > Fiction > Fantaisie > Le mile vert Évaluation

Le mile vert

The Green Mile
Par Stephen King
Avis: 27 | Évaluation globale: Bien
Lauréat du prix
17
Bien
9
Médias
0
Le mal
0
Terrible
1
Quand il est apparu pour la première fois, un volume par mois, THE GREEN MILE de Stephen King était un triomphe d'édition sans précédent: les six volumes se sont retrouvés sur la liste des best-sellers du New York Times simultanément et ont ravi des millions de fans dans le monde entier. Bienvenue au pénitencier de Cold Mountain, qui abrite le Hommes déprimés de E Block. Tous tueurs reconnus coupables, chacun attend son tour pour marcher

Avis

05/12/2020
Mackintosh Rosenfield

J'ai donc trompé ma bibliothèque locale la semaine dernière. Je ne pense pas qu'elle sache encore, et je me sens un peu mal à ce sujet. J'ai découvert une petite bibliothèque qui était en fait beaucoup plus proche de ma maison. Elle a certainement attiré mon attention, mais je n'y suis jamais allé car il semblait que la sélection allait être beaucoup plus petite, et ma bibliothèque actuelle et moi avons une grande chose en ce moment.

Mais maintenant, je suis impliqué dans deux bibliothèques et, mon garçon, ma vie va bien!

J'ai trouvé ce livre dans la nouvelle bibliothèque où je n'ai rien trouvé d'autre qui me soit venu à l'esprit. Je veux dire, la section fiction est comme trois rangées, peut-être quatre. Cela inclut tous les genres de fiction. Pas de mystère, de romance, d'horreur ... c'est de la fiction.

C'est le livre que j'ai laissé la semaine dernière, et c'est maintenant mon livre préféré de Stephen King. C'est King au sommet de son art. C'est la longueur parfaite avec les six parties, ça se termine bien, et il ne compte pas sur l'horreur ou un langage trop salé pour raconter une histoire fantastique.

J'ai toujours dit que King est le meilleur quand il reste moins de 400 pages et qu'il n'écrit pas sur les vampires ou les monstres. Il se mêle au surnaturel ici, mais pas pour effrayer le lecteur. Il a vraiment, vraiment frappé un home run avec cette chose.

J'ai aimé avoir six parties distinctes combinées en un roman. Chaque nouvelle section était fraîche avec un nouvel élément d'intrigue, et King aide à réinitialiser la scène d'où il s'était arrêté auparavant. Les personnages sont tous bien développés et aucun d'entre eux n'est trop excentrique ou exagéré. Même l'antagoniste. C'était génial.

J'ai une solide relation d'amour / haine avec M. King, mais j'ai adoré celle-ci. Sérieusement, c'est mon livre préféré que j'ai lu de lui. Allez le lire si vous ne l'avez pas déjà fait. Et regardez le film parce que c'est un classique à part entière.

Et, merci Stephen King pour une belle première date avec ma bibliothèque locale. J'espère que nos futures rencontres sont incroyables.
05/12/2020
Ernald Statires

The Green Mile ... un surnom acquis en raison de la couleur sur le sol du pénitencier de Cold Mountain (quelque part dans le sud des États-Unis), E Block, couloir de la mort sous un autre alias, pendant la sombre année de 1932, les détenus prenant la longue, longue marche pour voir Old Sparky, la chaise électrique qui mettra fin à la vie de ces misérables tueurs condamnés ... Néanmoins, la surface verte unique est la dernière chose à laquelle les résidents nerveux pensent, dans leurs humbles cellules, regarder à travers les barreaux ... d'ailleurs ce n'est pas un mile lointain, beaucoup plus court ils découvriront ... bientôt. Lorsque le meurtrier récemment condamné de deux jumelles de neuf ans, les Detterick, John Coffey, un homme noir géant, fort comme un bœuf, entre dans sa dernière maison, le gardien de prison sadique Percy Wetmore, l'épouse du gouverneur, neveu, il se vante À propos de la connexion politique constamment, crie avec enthousiasme "Dead man walking", le jeune officier vicieux a eu cette idée, la lisant dans un magazine bon marché. Paul Edgecombe, le responsable du bloc, commence à croire qu'il est innocent ... une situation désespérée, le visage de Coffey est toujours couvert de larmes, il a peur du noir en demandant si les lumières sont allumées la nuit, les simples d'esprit l'assassin ne sait ni lire ni écrire a du mal à se souvenir, une personne douce aux pouvoirs inconnus cependant ... Il guérit l'infection des voies urinaires très douloureuse de Paul, le gardien très reconnaissant essaie de trouver plus d'informations sur le cas de l'étranger ... M. Jingles n'est pas un détenu officiel de E Block, un invité non enregistré, pourrait-on dire, un passager clandestin qu'ils l'appelleraient si c'était un navire, en fait une souris, assez intelligent à coup sûr, mais certains pensent que c'est autre chose. L'animal de compagnie du détenu bientôt disparu M. Eduard Delacroix un Cajun de Louisiane, pourtant M. JINGLES, est évidemment plus intelligent que le condamné français. Tous les gardes adorent cette brave petite bestiole, le nourrissant et même lui faisant dormir une boîte à cigares, sauf que vous l'avez deviné Percy, un ennemi qu'il a eu, en échappant à ses griffes mortelles se cachant dans une autre pièce. John Coffey sauve la vie de la souris, les autres hommes détestent le fluage Percy mais ne peuvent pas se débarrasser .... les tensions augmentent alors qu'un meurtrier est mis à mort par Old Sparky ... une vue moche et dégoûtante, les erreurs (ou sont-elles) sont causées par M.Wetmore, ne réalisant pas les conséquences de sa vengeance, il déteste le condamné ... surveillé par des témoins qui s'évanouissent et tombent malades, vomissant leurs dîners. Les officiers impliqués dans l'exécution, y compris Paul, méprisent le travail, mais pendant la Grande Dépression, avec de longues lignes de pain, ils ont besoin de nourrir leur famille et eux-mêmes, beaucoup de gens seraient impatients de le faire. Le directeur Hal Moores, (un bon ami de M. Edgecombe) ... sa femme, Melinda, est très malade, elle mourra sous peu si rien n'est fait maintenant ... Paul a une notion audacieuse et risquée, peut-être que le guérisseur Coffey peut sauver cette merveilleuse et gentille femme, il peut lui et ses copains, les autres agents correctionnels dans un gros gâchis ... même une peine de prison ici à Cold Mountain, ironiquement. ..Une superbe histoire de Stephen King, toujours divertissante, vous apprendrez aussi, et ressentirez même la douleur des personnages intéressants ... Aussi bon que la version film glorieuse.
05/12/2020
Hanley Salameh

Le Mile vert, Stephen King
The Green Mile est un roman en série de 1996 de l'écrivain américain Stephen King. Il raconte l'histoire de la rencontre du superviseur du couloir de la mort, Paul Edgecombe, avec John Coffey, un détenu inhabituel qui affiche des capacités de guérison et d'empathie inexplicables. Le roman en série a été initialement publié en six volumes avant d'être republié en tant qu'œuvre en un seul volume. Le livre est un exemple de réalisme magique.
Personnages: John Coffey, Paul Edgecombe, Percy Wetmore, Brutus "Brutal" Howell, American Law Enforcement.
تاریخ نخستین خوانش: دهم ماه دسامبر سال 2002 میلادی
عنوان: مسیر سبز ؛ نویسنده: استیون کینگ ؛ مترجم: پرویز کریمی ناصری ؛ تهران ، درسا ، 1380 ، در 525 ص ، ش ک ش ش ش ش
عنوان: مسیر سبز; نویسنده: استیون کینگ; مترجم: ماندانا قهرمانلو; تهران, افراز, 1386, در 624 ص, شابک: 9789647640527; چاپ دوم 1388; موضوع: داستانهای نویسندگان امریکایی - سده 20 م
خلاصه کتاب: داستان در سال 1932 میلادی روی میدهد, و در مورد زندگی «پل اچکامب» یکی از نگهبانان قدیمی زندان «دیترویت», در ارتباط با زندانی سیاهپوست و غول پیکری به نام «جان کافی» است. «جان» متهم به قتل دو کودک است. «پل» به تدریج به شخصیت «جان» علاقمند میشود ، و میفهمد که او دارای یک قدرت متافیزیکی عجیب است. سرانجام «جان کافی» در عین بیگناهی به اعدام محکوم میشود ، اما ... ؛ ا. شربیانی
05/12/2020
Rankin Michael

Il m'est rarement arrivé de lire un livre qui me fait en fait déchirer dans une certaine mesure et auquel je ne peux pas m'empêcher de penser même des mois après avoir tourné la dernière page. Vous pourrait devrait ont entendu parler de l'adaptation du film avec Tom Hanks et feu Michael Clarke Duncan (qu'il repose en paix), et si vous n'avez pas encore envisagé de le regarder, alors n'hésitez pas à le faire même un instant. Le mile vert est facilement l'un de mes films préférés de tous les temps, et pour être tout à fait honnête, j'avais certains doutes quant à savoir si le roman de Stephen King dont il était réellement adapté serait capable de provoquer en moi la même gamme d'émotions que le film.

Et oh, comment cela a réussi.

Tout d'abord, permettez-moi de mentionner quelque chose sur ma relation amour-haine avec Stephen King. Au cours des années 80, il s'est forgé la réputation d'être l'un des principaux écrivains d'horreur de son temps, mais peu de gens connaissent réellement les quelques histoires touchantes et affectives dont il peut être qualifié de responsable - permettez-moi de mentionner Stand By Me et Shawshank Redemption, qui sont tous deux de beaux films basés sur une œuvre moins célèbre de Stephen King. Je suis le premier à admettre que King a la capacité d'écrire des romans avec lesquels vous aurez beaucoup de problèmes si vous vous attendez à trouver des histoires à valeur littéraire. Mais des livres comme Le mile vert sont ce que j'aime cet auteur.


Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire, Le mile vert est le surnom du quartier des condamnés à mort du Cold Mountain Penitentiary, une prison de Louisiane. Au cours des années 1930, notre protagoniste Paul Edgecomb reçoit John Coffey sous sa garde en tant que superviseur du couloir de la mort. Coffey s'avère être physiquement intimidant, mais mentalement défié. Comment un homme comme lui, un homme qui a peur si les lumières ne sont pas allumées pendant la nuit, a-t-il pu tuer deux filles innocentes? Croyez-moi, ce n'est pas une histoire sur la culpabilité ou l'innocence de Coffey, cependant. Ce à quoi King nous confronte est une histoire inspirée par les personnages sur les événements quotidiens du couloir de la mort, soulevant des questions morales et éthiques en cours de route, nous permettant de nous soucier de la petite quantité de personnages qu'il nous a présentés. De manière inhabituelle pour les romans de King, nous ne rencontrons que quelques personnages, mais même ceux d'importance mineure pour l'histoire sont dessinés d'une manière si fascinante qu'il devient difficile de résister à prendre soin de chacun d'eux.

À l'origine, King a publié ce livre en six versements différents avant de publier les six parties de ce roman. Chacune de ces six parties se concentre sur différents éléments de l'histoire, toutes ces parties interférant le long du chemin et finissant par tisser une image convaincante d'une prison dans les années 30. Mais ce livre ne parle-t-il que de la vie en prison? Non, ce n'est pas - de loin, ce n'est pas le cas. Dans une histoire-cadre, King nous présente l'aîné Paul Edgecomb qui revisite les événements sur le Green Mile dans le but d'écrire son histoire avant que sa mémoire ne commence à s'estomper. King commence chacun des six épisodes de l'histoire en incluant plus de détails sur l'histoire de l'ancien moi de Paul, jusqu'à ce qu'il parvienne enfin à créer magistralement l'illusion de deux intrigues profondément connectées.

Les éléments surnaturels sont une partie mineure de l'histoire, bien que - aussi sceptique que je le suis habituellement à propos des histoires impliquant le réalisme magique - son inclusion a principalement permis de souligner la beauté de l'histoire.


"Coffey comme la boisson, mais pas orthographié de la même façon." Coffey est présenté comme un homme simple d'esprit qui n'est même pas capable de comprendre ce dont il est accusé, et Paul Edgecomb s'en rend compte - tout comme il se rend compte qu'il y a plus dans le personnage de John Coffey que juste l'accusation d'avoir violé et assassiné deux filles. Le casting de personnages de ce roman est vraiment convaincant - nous rencontrons Brutus "Brutal" Howell, Eduard Delacroix avec sa bien-aimée souris pour animaux de compagnie M. Jingles, et bien sûr Percy Wetmore. Si vous n'avez pas encore rencontré Percy, il vous suffit de savoir qu'il existe en fait des sondages qui circulent sur Internet pour demander si Hannibal Lecter ou Percy Wetmore est l'antagoniste le plus pervers jamais introduit dans un roman / film. Et Percy a en fait plus que quelques votes.


En parlant de M. Jingles, il me manquera. Oh, comme il va me manquer.

En fin de compte, cette histoire parvient plus que juste à soulever des questions. Cela m'a transformé en un tas d'émotions, allant de la nostalgie au chagrin jusqu'au soulagement - mais surtout de la nostalgie. Les dernières pages comprenaient certains des meilleurs écrits que j'ai jamais rencontrés et Oui, Je serai heureux d'admettre que le film et le livre m'ont fait pleurer, et je n'ai pas de mal à croire qu'ils continueront à me le faire à l'avenir. Parce que de tous les films que j'ai vus et des livres que j'ai lus, Le mile vert dans son livre et sa version cinématographique est une histoire que je vais revisiter encore et encore.

Si vous n'avez vu que le film, alors n'hésitez pas à lire le livre car même s'il s'agit d'une expérience complètement différente en raison de quelques changements mineurs et, évidemment, d'une énorme distinction dans son récit, le livre ne manque pas de convaincre même après avoir regardé le film. Et si vous n'avez lu que le livre - qu'attendez-vous? Le mile vert est, à mon avis, l'une des meilleures adaptations livre-film jamais entrées sur grand écran.

Un beau livre touchant que je n'oublierai jamais.

Copain lu avec Anne que je dois vraiment remercier de m'encourager continuellement à continuer à lire!
05/12/2020
Gwynne Turrie

Je viens de terminer ce livre et wow quelle lecture. Je ne suis pas du tout dans l'horreur, que ce soit dans les livres ou dans les films, et même si mon petit ami a essayé pendant des années de me faire lire Steven King, je l'ai évité comme la peste. Je savais qu'il écrivait d'autres types de livres, notamment par le biais de la refonte de ces livres dans des films hollywoodiens, à savoir «The Shawshank Redemption», «Stand By Me» et bien sûr «The Green Mile», mais j'étais toujours las de s'approchant de lui.

Ce n'est qu'après que mon petit ami a lu cela et m'a incité à faire de même que je l'ai ramassé et je suis tellement content de l'avoir fait. Les personnages sont si joliment écrits et je n'ai pas honte de dire que j'ai pleuré beaucoup de larmes même si je savais exactement ce qui se passait après avoir vu le film à plusieurs reprises. Si vous êtes un fan du film, vous ne pouvez pas manquer de tomber amoureux du livre car le film est l'une de ces rares exceptions en ce sens qu'il est très fidèle à sa source d'origine. Le plaisir avec le livre, comme c'est souvent le cas avec les livres, c'est qu'il va beaucoup plus en détail, en particulier avec le personnage de M. Jingles.

Ce livre illustre à quel point King est polyvalent en tant qu'écrivain et que, dans les années à venir, il sera probablement considéré comme l'un des grands génies littéraires du XXe siècle.
05/12/2020
Yeh Quintas

Je suis un grand fan de Stephen King et Le mile vert doit être l'un des meilleurs romans qu'il ait jamais écrits. En fait, c'est l'un des meilleurs romans que j'ai jamais lus de toute ma vie et une grande littérature pour démarrer!

Le roman est tout simplement incroyable. Une fois que j'ai commencé, je n'ai pas pu le déposer! Il est très joliment écrit et extrêmement émouvant parfois. L'intrigue est originale, captivante et déchirante. Tous les personnages avaient de la profondeur et étaient vifs, intrigants et crédibles. L'histoire est si bien racontée qu'il était facile de s'imaginer au pénitencier de Cold Mountain en Alabama en 1932.

Il faut un formidable écrivain pour évoquer des sentiments de sympathie pour les meurtriers, mais Stephen King y est parvenu sans effort. Je souhaitais que John Coffey soit libéré d'une manière ou d'une autre, mais je savais au fond qu'il mourrait. J'ai eu des larmes coulant sur mon visage quand il a été exécuté. Le roman m'a laissé penser à la peine de mort et s'il était temps qu'elle soit abolie dans le monde entier. J'ai développé une position morale assez convaincue contre la peine de mort grâce à la lecture de ce roman. Mon pays n'a pas la peine de mort, je n'y ai donc pas vraiment réfléchi avant d'avoir lu ce livre.


Je donnerais à ce livre plus de cinq étoiles si je le pouvais!
05/12/2020
Uriah Zwilling

★★★★ / 5
Livre très intéressant et stimulant. C'est certainement une histoire qui vous consume vraiment et ensuite vous commencez à la lire, vous pouvez la mettre par écrit. À mon avis, il y avait quelques problèmes, mais dans l'ensemble, une excellente écriture et une histoire en soi méritent l'attention des lecteurs.
05/12/2020
Magda Greiser

L'édition Kindle est actuellement proposée: 0.99p au Royaume-Uni et 0.99 $ aux États-Unis.C'est un autre livre, j'ai lu il y a des éons, et est là-haut avec mes romans King préférés (The Shining, The Stand, Firestarter, Misery , Cujo, Pet Sematary, Salems Lot, etc.). Si Goodreads, existait à ce moment-là; quand je l'ai lu pour la première fois, je lui aurais accordé cinq étoiles. J'ai toujours la copie du livre broché, qui est en parfait état, donc je ne sais pas s'il faut acheter le Kindle - ou non. J'ai hâte de relire un jour.
"La fille avec tous les cadeaux" est actuellement au même prix que celui-ci - sur leurs territoires respectifs. J'ai acheté celui-là.
05/12/2020
Schreibman Bollacker

C'était sans aucun doute l'un des meilleurs livres que j'ai jamais lu et je l'ai apprécié encore plus que ce à quoi je m'attendais (et j'avais placé la barre très haut!). C'était aussi le livre le plus horrible que j'aie jamais lu - mais de la meilleure façon possible!

Pas une seule phrase n'était inutile. J'ai apprécié chaque scène et interaction.
Le personnage principal était merveilleusement développé - il ressemblait vraiment à une vraie personne et parfois il m'était difficile d'oublier qu'il était juste fictif. Il était facile d'oublier que tout cela était juste inventé (et oui, même les aspects fantastiques ont été écrits et présentés d'une manière qui les rendait réalistes et crédibles!).
Certains pourraient dire que le développement du personnage de John Coffey tombe un peu sur le côté court car vous n'en savez pas trop sur lui et sa vie. Mais je pensais que c'était parfait pour lui et pour le rôle qu'il jouait dans l'histoire.

Je me suis retrouvé à vouloir continuer à lire constamment. Je voulais tellement savoir ce qui allait se passer ensuite, j'ai tout oublié autour de moi! Mais en même temps, je voulais mettre le livre de côté et ne plus jamais le reprendre, parce que je ne voulais tout simplement pas que l'histoire se termine.
Je tiens également à mentionner que je n'ai jamais vu le film auparavant (quelque chose que je vais faire dès que possible!), Donc je n'avais absolument aucune idée de ce qui allait se passer. Je suis vraiment content de cela, car les événements qui se sont déroulés dans la partie 6 m'ont complètement surpris. En y repensant, je dois dire que le suspense et l'accumulation ont été faits d'une manière parfaitement subtile - quelque chose que j'aimerais voir plus dans d'autres livres! Je devine souvent (correctement) ce qui va se passer à la fin, mais cette fois rien ne m'a préparé et j'étais complètement désemparé.

Dans l'ensemble, ce fut une merveilleuse expérience de lecture et je sais déjà que cette histoire va rester avec moi pour le reste de ma vie (et sera relue plusieurs fois). J'aimerais pouvoir mieux décrire mes sentiments sur les sujets de ce livre, mais il y a tout simplement trop de sentiments que j'ai. J'ai essayé de parler de mes pensées à ma mère, mais je n'arrivais pas à trouver les bons mots - rien ne semblait rendre ce livre fantastique.
05/12/2020
Burta Barte

[Révisé en 2003 .:]

Avez-vous déjà lu un livre et en avez-vous été tellement touché qu'il vous a fait pleurer? Je viens de terminer la lecture de The Green Mile par Stephen King et je suis resté assis là à déchirer toutes les quelques pages. C'est incroyable - l'émotion, les sentiments ... Juste la netteté de ce qui est présenté. C'est une histoire de prison, mais va au-delà, touchant à des sensibilités humaines nues, à des émotions humaines de base. Pouah. Je suis vraiment mauvais aux critiques.

Ce dont je peux parler, cependant, ce sont les émotions que les livres ont provoquées en moi.

Croyez-vous que les gens peuvent être méchants? Hmm, permettez-moi d'être plus précis. Croyez-vous qu'une personne peut être mauvaise ou mauvaise, ou comme vous voulez le dire, sans avoir de bien en elle? Après avoir lu ce livre, je dirais que oui, il y a des gens qui n'ont pas une once de bien en eux.

Je sais, je sais - le livre est une fiction, mais cela ne signifie pas qu'il ne peut pas décrire ce qui peut réellement exister dans la vie réelle (la plupart de ce livre en particulier, de toute façon). L'un des personnages du livre était complètement ... Je ne sais pas si je peux utiliser le mot mal dans ce contexte (le mal implique des démons, peut-être même l'opposé de dieu, des choses comme ça dans mon esprit), mais je suppose mauvais, vicieux, diabolique, méchant, cruel semblerait être la description appropriée.

Même lorsque les gens lui accordaient une pause, après avoir vu la cruauté et l'insensibilité, cela ne faisait aucune différence, il continuait les mêmes manières médisantes et sadiques du passé. Et peu importe combien de fois il a été "pardonné" ou libéré (pour les actes incroyablement montreux qu'il a commis), c'était la même chose. Une partie particulière qui m'a frappé durement était la suivante (pas de spoilers à venir, au cas où vous prévoyez de lire - ce que je vous recommande vivement de faire!):

"Alors j'ai compris pourquoi il avait paniqué, pourquoi il nous avait combattu si durement. Il pensait que nous allions le mettre avec Wild Bill Wharton; que sa punition pour l'éponge sèche devait être un coup sec de la part du psychopathe résident. Au lieu de ressentir de la sympathie pour Percy à cette prise de conscience, je me suis senti dégoûté et un durcissement de ma détermination. Après tout, il nous jugeait d'après la façon dont il se serait comporté si nos positions avaient été inversées. "

Une personne comme celle-ci ne peut s'empêcher de penser que les autres lui feront la même chose que les autres. Je suppose que cela est vrai dans une certaine mesure pour tout le monde aussi. Je veux dire, combien de fois pensez-vous "hors des sentiers battus"? À quelle fréquence pensez-vous pourquoi une personne fait ou dit quelque chose sans que votre propre point de vue ait une influence sur les pensées? Cela demande beaucoup d'efforts conscients, sauf si vous êtes éclairé au-delà de ce point.

Mais qui, incroyable livre. Je l'ai dévoré en deux jours - je n'ai pas pu le déposer. En fait, j'ai perdu le sommeil ces deux dernières nuits à cause du livre. Vous devriez vraiment le vérifier.
05/12/2020
Furmark Harcey

J'ai toujours voulu lire un Stephen King mais comme je ne suis pas dans le genre de l'horreur, j'ai maintenu une distance sûre entre moi et les livres de l'un des auteurs les plus célèbres. Alors, quand mon ami me l'a recommandé, j'ai décidé de lire enfin M. King et je suis content d'avoir lu ceci.

L'histoire tournait autour des détenus de la prison de Cold Mountain qui sont là pour assassiner quelqu'un en attente de leur mort sur Old Sparky, une chaise électrique. L'histoire est racontée par le directeur de la prison, Paul Edgecombe. La vie était à peu près simple pour les travailleurs de la prison jusqu'à ce que Delacroix, John Coffey et William Wharton arrivent à Cold Mountain. Delacroix était surtout un homme gai quand son animal de compagnie, une petite souris, était là. John Coffey était un homme calme et Wharton était le fauteur de troubles.

J'adore la façon dont M. King a mélangé la vie de trois détenus et, en plus de cela, il a également rendu justice à ce que les travailleurs des prisons passent par les affaires d'exécution de ces détenus sur Old Sparky. Parfois, c'était difficile pour eux et parfois ils voulaient juste s'en remettre car c'était profondément douloureux car la plupart des gens n'étaient plus ce qu'ils étaient au moment de commettre un crime.

Ce livre est classé dans le genre "Horreur" mais je n'ai rien trouvé de tel. Ce fut une belle histoire profondément touchante et émotionnelle.

Merci Vidya pour me recommander ce livre pour deux raisons, premièrement c'est un beau livre et deuxièmement pour avoir choisi un roman King pour moi.
05/12/2020
Lunna Reichardt

Quand j'ai décidé de lire Le mile vert, J'étais absolument, 100% sûr que ce serait jamais mesurer le film, et étais-je déjà faux.Tous des personnages (y compris M. Jingles) sont si bien dessinés que vous avez l'impression de vivre leur vie et leurs sentiments avec eux au pénitencier d'État de Cold Mountain-1932.Si je pouvais évaluer cette magie, inoubliable (arrache ton coeur) histoire plus de 5 étoiles, je n'hésiterais pas à le faire. Que puis-je dire d'autre que ....... "Le temps prend tout, que vous le vouliez ou non".
05/12/2020
Monteith Kurian

À mon humble avis, il s'agit de l'une des plus belles œuvres de Stephen King, avec les livres de Dark Tower, The Stand et The Shining. L'écriture est belle, la caractérisation magistrale, l'histoire elle-même carrément convaincante et la fin de la perfection absolue. Un chef-d'œuvre du début à la fin!

OLIVIER DELAYE
Auteur de la série SEBASTEN OF ATLANTIS
La déesse oubliée (Sebasten of Atlantis, # 1) d'Olivier Delaye
05/12/2020
Tawnya Bonanno

Quelle lecture formidable. Stephen King l'a encore fait. Cinq merveilleuses étoiles. Je suis content de ne me souvenir de presque aucun film, car cela rend le livre si frais. Tout ce dont je me souviens, c'est qu'il avait une souris et un énorme prisonnier noir. Ce livre est tellement plus. Cela m'a apporté toutes sortes d'émotions. Un roman très stimulant

L'histoire se déroule dans les années 1930 au pénitencier de Cold Mountain. Le Green Mile fait référence aux tuiles au sol dans la zone du couloir de la mort. C'est là que tous les prisonniers ont dû marcher lors de leurs derniers jours pour rencontrer des "vieux sparkey"

King a si bien développé les personnages.

John Coffey: (nom de famille non orthographié comme la boisson) le doux géant qui connaissait les pensées des gens et pouvait même guérir les gens. Il a souffert silencieusement parce que beaucoup de gens penseraient qu'il pourrait être lent. Il a donc gardé à peu près tout pour lui. Quelle âme douce. Condamné à mort pour le meurtre de jumelles

Paul Edgecomb: le directeur de quartier obligé d'aider chaque prisonnier à passer ses derniers jours en paix. J'ai aimé sa passion pour quelque chose quand il était sur la bonne voie. Il n'a jamais rencontré quelqu'un comme John Coffey. Cette histoire est racontée de son point de vue. Il alterne entre la prison et la maison de retraite où il se trouve actuellement.

J'ai adoré Del et M. Jingles

L'intrigue coule à merveille. Les autres personnages sont bien définis et sympathiques aussi, sauf pour un couple. C'est une excellente lecture et je le recommande vivement si vous ne l'avez pas lu.


Les choses que j'ai recherchées pendant que je lisais, parce que je veux savoir ces choses: Intéressant !!

Saviez-vous à l'époque de la dépression ce que les gens appelaient vraiment la chaise électrique?

En 2008, la Cour suprême du Nebraska a déterminé que l'exécution par une chaise électrique était une punition cruelle et inhabituelle. Cet état était le dernier état à l'éliminer en tant que seule méthode d'exécution.

En 2015, les endroits où la chaise électrique est encore une option sont
Alabama
Floride
Caroline du Sud
Kentucky
Tennesse
Virginie
05/12/2020
Kries Radhadalal

J'ai d'abord lu Le mile vert sous forme de série, a acheté un épisode par mois à l'épicerie de Lucky à Fontana, en Californie. Maintenant, pour une petite leçon d'histoire.

Je suis né et j'ai grandi dans le sud de la Californie. J'ai vécu dans la même maison pendant 13 ans, jusqu'à ce que mes parents fassent faillite et déménagent (curieusement) dans un quartier beaucoup plus cher de Colton. Fondamentalement, je suis passé du ghetto à la classe moyenne supérieure en un seul geste, et uniquement parce que mes parents étaient en défaut sur ... enfin, sur tout. En réglant leur dette avec la faillite et en perdant la maison dans laquelle j'ai grandi, nous pouvions nous permettre de vivre mieux. Cela m'a dérouté quand j'étais enfant. Je le comprends maintenant, mais à l'époque, tout ce à quoi je pouvais penser était "Si nous ne pouvons pas nous permettre notre petite maison délabrée, pourquoi pouvons-nous nous permettre ce baiseur à deux étages avec l'immense arrière-cour et tous les nouveaux appareils?"

Puis, deux ans après, en 1995, nous avons déménagé de Cooley's Ranch (une annexe de Colton, Californie) à Mobile, en Alabama. Ma sœur avait épousé un chauffeur de camion qui vivait à Mobile et avait en quelque sorte convaincu ma mère de déraciner moi et mon père et de nous traîner à travers le pays jusqu'à Redneck, Hillbillyville, États-Unis de A! Ouais ... (dit-il, dégoulinant de sarcasme.) Je déteste toujours cet état arriéré, et c'est tout ce que je vais dire à ce sujet.

Nous avons quitté la Californie à l'été 95. En septembre, l'ouragan Opal a fait de nous sa chienne, et nous nous sommes retournés tout droit et avons boité vers la Californie. Nous avions perdu tout ce que nous possédions à cause de cette tempête et n'avions nulle part où aller. Nous avons donc moseyed à la maison avec nos queues entre nos jambes. De retour en Californie, nous avons vécu des membres de la famille jusqu'à ce que nous nous relevions. Ce serait la première des trois fois de ma vie que je serais sans abri.

Au printemps 1996, nous étions de nouveau sur pied. Maman travaillait de 16 à 20 heures par jour et papa refusait toujours de travailler. (Mon père a vécu de ma mère pendant 25 ans, tous ensemble, mais c'est une autre histoire pour une autre fois.) Les deux filles mortes était le premier "livre" que ma mère a acheté après que nous nous soyons remis sur pied. J'ai acheté le reste de la série parce que maman ne voulait pas être dérangée par une série. Elle avait peur qu'elle ne soit jamais finie, un peu comme la tour sombre, qu'elle a abandonnée après Les terrains vagues parce que la fin l'a tellement énervée.

J'ai dévoré ces petits épisodes. Je pense que c'est l'un des plus amusants que j'ai eu à lire une fiction. Je n'étais pas vraiment un fan de bandes dessinées quand j'étais enfant, du moins pas autant que moi des livres en général. Les bandes dessinées m'ont enlevé un peu de plaisir. Je voulais imaginer les mondes dans lesquels je me suis échappé, et je ne pouvais pas le faire quand ces mondes étaient peints de brillants détails page après page. Le mile vert était une bande dessinée sans images. J'ai beaucoup creusé ça.

Et puis au printemps 1997, nous sommes retournés en Alabama. Je ne sais toujours pas pourquoi.

Avance rapide...

En 2004, j'avais été mariée et éloignée de mes parents pendant trois ans, et j'avais hérité de ce qui restait de la collection de livres de ma mère. Je travaillais comme infirmière technicien de soutien (une AIIC qui prélève du sang) pour un hôpital local et la vie était belle. Mon petit appartement n'était pas assez grand pour deux personnes (c'était ma femme et moi; ma fille ne serait née qu'en avril 2005) ET les étagères (pas de blague, cet endroit était PETIT!) Donc ma collection de livres, qui comprenait le version sérialisée de Le mile vert, était en stockage.

En septembre, l'ouragan Ivan est venu déchirer le cul du centre de l'Alabama. L'unité de stockage n'était pas à l'intérieur, et chaque boîte qui était sur le sol lorsque les unités ont été inondées a été détruite. L'une de ces boîtes contenait exactement la moitié des restes de la collection King de ma mère. Le mile vert, les six nouvelles, figuraient parmi les victimes. Les seuls livres qui ont survécu étaient mes livres de poche Plume Dark Tower et les couvertures cartonnées de Grant des trois derniers livres (Les loups de la Calla, le chant de Susannah, la tour sombre), Insomnie, It et Désespoir. Tous mes livres Koontz, Palahniuk et Straub ont également très bien survécu. J'ai toujours les livres King qui ont survécu aux inondations, même si Insomnie est maintenant en plusieurs morceaux.

Je sais que ce n'est pas vraiment une critique, mais cela fait partie de ma vie, et King semble être le fondement sur lequel beaucoup de mes souvenirs sont construits. Depuis, j'ai reconstruit la collection King de ma mère et je peux honnêtement dire que c'est maintenant la collection MY King. Mais j'ai appris une leçon importante en perdant ces volumes précieux. Rien ne dure éternellement et, à part les êtres chers que vous perdez au cours de vos journées, tout peut être remplacé.

En résumé: ce livre est merveilleux, et il est sacrément difficile d'écrire une critique avec les larmes aux yeux.

Jugement final: lecture obligatoire.
05/12/2020
Gracie Hales

Je viens de revisiter ce livre et je suis toujours à 4 étoiles avec lui, pour les mêmes raisons que je l'ai indiqué dans ma critique d'origine. Il n'allait jamais passer à cinq, mais je me demandais s'il fallait le ramener à trois.

---------------------------------

Cette histoire de la vie dans le couloir de la mort de l'ère de la dépression, quelque part dans le Grand Sud, a commencé lentement et il m'a fallu beaucoup de temps pour me familiariser avec les personnages du Green Mile, comme on l'appelait. C'est un long livre, donc ce n'est pas vraiment un problème (sauf si j'y ai renoncé, bien sûr), et une fois que j'ai été à l'aise avec le casting, j'ai rapidement été absorbé par l'atmosphère de tout cela. C'est une bonne histoire, une très bonne histoire. Et c'est bien dit. Mais j'ai quelques craintes.

Ce que j'ai aimé:

À ce stade, je n'avais lu que quelques-uns des livres de King (11/22/63, Joyland et M. Mercedes), mais assez pour savoir que le fait de piéger le lecteur en dessinant des personnages crédibles et empathiques est la pierre angulaire de sa longévité en tant qu'écrivain à succès. Cela a certainement été mis en évidence ici lorsque j'ai été présenté à Paul Edgecombe (qui a raconté l'histoire à la première personne, pour la plupart) et à ses collègues du Green Mile. Jetez dans un sac mixte de détenus intéressants en attente de leur sort et les interactions ont atteint les extrêmes de pathos provoquant des larmes jusqu'à l'humour hilarant du ventre - ce dernier émanant particulièrement de mon personnage préféré, William "Wild Bill" Wharton. Mais, surtout, le dialogue s'est toujours bien passé, il correspondait à l'ambiance du lieu et de l'heure et délimitait clairement chaque personnage.

Ce que je n'ai pas fait…

Je suis peut-être seul, mais j'ai trouvé l'introduction de M. Jingles, la souris performante, comme une distraction - une qui n'ajoutait rien à l'histoire. En fait, j'irais plus loin: pour moi, l'élément le moins attrayant du livre était l'utilisation du «réalisme magique» et MJ était l'élément le plus choquant, le moins crédible. Si le rôle de la souris avait été impératif pour l'histoire, j'aurais vécu avec, mais je crois vraiment que c'était une inclusion superflue. Je sais qu'il aurait été difficile de raconter cette histoire sans demander au lecteur de suspendre l'incrédulité pour sa durée, mais j'aurais préféré que cet élément soit minimisé. Comme je l'ai dit, ce n'est qu'une opinion personnelle.

Un côté intéressant est les parallèles de l'histoire de Of Mice and Men. Les deux représentent de grands hommes innocents qui manquent complètement de ruse. Dans chacun, ce personnage rencontre sa fin aux mains d'un compagnon qui leur montre de l'amour. Si le lecteur était dans le doute sur le lien prévu par l'auteur, l'inclusion de la souris permet à King d'introduire une phrase dans le texte qui est une approximation proche du titre du livre Steinbeck.

Dans l'ensemble, c'est une lecture agréable et qui me ramènerait et m'a fait revenir davantage sur le travail de l'auteur - même si je continue à éviter les livres d'horreur.
05/12/2020
Rudich Blotter

C'est totalement fou que j'ai fini par aimer Le mile vert autant que moi. J'ai fini par l'aimer beaucoup! Ce n'est pas dans le genre des livres qui m'attirent habituellement et le grand nombre de personnages lancés au lecteur au début m'a donné du fil à retordre. Situé dans le couloir de la mort, au pénitencier de Cold Mountain, Le mile vert est le sobriquet du couloir infâme avec du linoléum teinté vert sur son sol qui mène des cellules à la chaise électrique. L'histoire n'est bien sûr pas une représentation de citoyens modèles. Une histoire d'horreur? Pas vraiment, mais effrayant et horrible, néanmoins. Il contient également un grand élément de fantaisie. Ce qui est livré est un mélange créatif du réel et de l'imaginaire et aussi un instantané du pire et du meilleur de l'homme. Les personnages sont crédibles et ils sont dessinés avec profondeur. Je trouve remarquable la capacité de l'auteur à mélanger de manière convaincante la fantaisie et la réalité.

L'histoire parle des détenus et des gardes et de quelques épouses et d'une toute petite souris. Peut-être que cela semble totalement fou, mais vous finissez par aimer ce petit gars minuscule.

La raison pour laquelle je donne à ce livre quatre étoiles, la raison pour laquelle je l'aime tellement, vraiment, c'est parce que les personnages sont devenus très réels pour moi. Je suis venu pour prendre soin d'eux. Ce qui leur arrive est devenu important pour moi. De plus, les questions que le livre pose vous font réfléchir.

Ce que les personnages disent n'est pas toujours agréable, mais ce qui est dit est réel. Le discours est parfois grossier et vulgaire, mais quels courants d'émotions et de pensées se cachent en dessous? Voilà ce qui est important. Il y a de la bonté et de la bonté, de l'amitié et de l'amour mêlés au terrible et au mal. Il y a de l'humour, si vous osez le reconnaître. Bon dialogue. Des métaphores qui vous font réfléchir et vous arrêter. Oui, une prose exceptionnellement bonne.

Voulez-vous être déplacé? Lisez ce conte. Cela vous mettra intensément en colère contre certains chiffres. La tristesse et la compassion sont ce que vous ressentirez pour les autres.

L'histoire est racontée par Paul Edgecombe en 1996, quand il est un très, très vieil homme. Il réside dans la maison de retraite de Georgia Pines dans le Sud. A ses côtés, Elaine Connelly, qui n'est pas sa femme mais celle qu'il aime beaucoup ... et une autre, mais je ne vous dis pas qui. Et un autre, ou du moins quelqu'un qui rappelle à Paul cette année 1932 où Paul était superviseur de bloc du couloir de la mort, où à la fin du «mile vert» la chaise électrique, «Old Sparky» était assise. Paul écrit en 1996 ce qui s'est passé en 1932.

Vous rencontrerez de nombreux personnages dans cette histoire, et beaucoup, beaucoup d'entre eux portent plusieurs noms. Cela m'a donné du fil à retordre. Après quelques chapitres, confus sur qui était qui, j'ai recommencé à zéro. La deuxième fois, j'ai fait une liste de personnages. C'était nécessaire pour moi; peut-être que cela ne vous sera pas nécessaire. À la fin, vous avez appris à connaître intimement chaque personnage - celui qui se coiffe sans cesse les cheveux enduits de Brilliantine, celui qui lèche la pointe du crayon et d'autres, beaucoup d'autres. Gardes et gardiens et superviseurs et journalistes et shérifs et adjoints, certaines des victimes et les détenus, dont John Coffey. Il est énormément énorme, simple d'esprit et noir. Son nom sonne comme du café mais n'est pas orthographié de cette façon. Ce détenu est accusé du viol et du meurtre de jumeaux. Est-il coupable? C'est une question que vous vous poserez, et que se passera-t-il s'il ne l'est pas et qu'il doit de toute façon parcourir le «mile vert»?!

Le livre pose toutes sortes de questions. Comment vivre une vie et quand est-elle OK si elle doit prendre fin? Quand est-il juste de contourner les règles? Les thèmes abordés sont nombreux: la fracture raciale dans le Sud, la nécessité de conserver un emploi pendant les années de la dépression, le vieillissement, l'amour et l'honnêteté.

J'ai beaucoup aimé ce livre! Je suis impressionné par la capacité de Stephen King à mélanger les faits et la réalité, à utiliser la fantaisie pour pousser les lecteurs à s'arrêter et à réfléchir, pas seulement une, mais deux et trois fois sur la vie et ce qui est bien et ce qui ne va pas. Il m'a fait alternativement aimer et mépriser ses personnages fictifs.

Le livre audio est raconté par Frank Muller. Il contient les six volumes qui étaient initialement publiés séparément sous forme de versements mensuels, de mars à août 1996. Stephen King a pensé qu'il était intéressant de jouer avec ses lecteurs Charles Dickens avait fait. J'ai évalué la performance de Frank Muller avec trois étoiles. Je n'aime pas comment il traîne les lignes de Paul. De toute évidence, il fait cela pour ajouter du suspense. Je trouve ça ennuyeux. Les voix de tous les autres personnages sont très bien faites.
05/12/2020
Jahn Tooles

Je n'ai jamais vu le film ou lu le livre, alors ce livre m'a tout de suite saisi! Sérieusement, l'un des meilleurs romans que j'ai jamais lu. J'ai vraiment adoré. Les personnages étaient tellement intrigants et bien développés et l'intrigue était incroyable! Je sais que c'était original sorti en plusieurs parties et je ne peux même pas commencer à penser combien de temps a duré l'attente entre les parties. J'ai lu le roman en série complet et je me suis retrouvé jusqu'à 4 heures du matin ce matin parce que je ne voulais pas arrêter de lire. Livre incroyable !!
05/12/2020
Bencion Jamuna

Excellent livre ... et excellent film. L'une des rares fois où le film rend vraiment justice au livre.

J'ai acheté ce livre pour mon mari parce qu'il aime tellement le film. C'est typique de notre relation que j'ai maintenant lu le livre et qu'il ne l'a toujours pas fait. :)

Revue à venir.
05/12/2020
Bove Tausin

Chaque fois que je mentionne aux gens que Stephen King est l'un de mes auteurs préférés et qu'ils devraient lire plus de son travail, parfois j'obtiens ce "look". Tant de fois il est renvoyé dans le "ghetto de genre" en tant qu'écrivain d'horreur populaire et non écrivain doué de fiction "littéraire". Cela me frustre, car beaucoup de gens ne savent pas à quel point il est vraiment doué pour un écrivain et combien il est polyvalent. De toute évidence, ces mêmes personnes n'ont jamais lu ses romans dans la collection Différentes saisonsou The Dead Zoneou 11/22/63ou Coeurs perdus en Atlantide, ou ce livre en particulier.

L'histoire se déroule dans les années 1930 et suit Paul Edgecomb, le directeur du quartier des condamnés à mort du pénitencier de Cold Mountain, un homme dont le travail consiste à essayer de rendre les derniers jours et le voyage des prisonniers dans le "Old Sparky" comme pacifiques et humains que possible. Un jour, un nouveau détenu arrive, John Coffey, un gentil homme noir géant qui est accusé d'avoir violé et assassiné deux jeunes sœurs jumelles blanches. Mais John Coffey a un cadeau spécial. Et bientôt, une fois qu'Edgecomb et les autres gardes apprendront la vérité sur Coffey, ils verront bientôt toutes leurs croyances remises en question et apprendront le vrai sens du sacrifice et de la rédemption.
“Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation.”
Je crois que Le mile vert est superbe. Il est solidement sur ma liste de livres préférés et c'est probablement le meilleur roman complet que Stephen King ait écrit. Bien qu'en ce moment mon roman King préféré est Le stand, Je crois que celui-ci est mieux écrit. Son humeur et son ton sont parfaits, avec l'air d'une fable empreinte de réalisme magique. L'histoire m'a vraiment ému. Quand je l'ai lu pour la première fois il y a des années, j'ai fini avec ce qui aurait pu être quelques larmes aux yeux. Et c'est un gros problème, étant donné que je suis un dur à cuire si endurci. Stephen King montre un réel talent de pouvoir prendre ce qui devrait être un sujet très brutal et déprimant comme le couloir de la mort pendant la dépression et lui insuffler une beauté, une émotion et un sentiment qui ne se sentent jamais forcés. Ce roman est sincèrement spécial et est resté avec moi pour toujours. Si vous n'avez jamais lu le travail de Stephen King parce que vous n'aimez pas les histoires d'horreur, alors lisez ceci et cela fera de vous un fan. Si vous êtes déjà un fan de King et que vous ne l'avez pas lu, faites-vous une faveur au début de celui-ci immédiatement.
05/12/2020
Keriann Selway

L'un des romans les plus troublants de Stephen King, mais bien écrit, intense et étrange, avec une intrigue obsédante et des personnages originaux, il est définitivement inoubliable.
05/12/2020
Dyke Crumes

Je l'ai déjà dit et je le redis: j'aime mieux Stephen King quand il est discret, quand il reste à l'écart des hystériques et des tropes d'horreur démesurées. Car avouons-le, il faut plus de compétences pour effrayer quelqu'un avec des choses subtiles que pour les effrayer avec des infirmières brandissant un marteau et des chats zombifiés. J'ai lu «The Green Mile» il y a longtemps, au moment où le film est sorti (ce qui signifie que j'avais environ 15 ans… Jésus, c'était il y a vingt ans!). J'adore le travail de Frank Darabont, et après «The Shawshank Redemption», j'ai été facilement vendu sur une autre histoire de King se déroulant dans une prison. Le film et le livre m'ont tous deux brisé le cœur, tout en me faisant flipper. C'est un mélange d'émotions très puissant et mémorable. Je suis récemment tombé sur cette magnifique édition bien verte et j'ai réalisé que mon ancien exemplaire avait disparu entre les déménagements et les colocataires emprunteurs de livres, et je me suis dit que c'était l'excuse parfaite pour la revisiter.

Paul Edgecombe est gardien au pénitencier de Cold Mountain; plus précisément, il est en charge du «mile vert», le bloc abritant les condamnés à mort, surnommé ainsi en raison de son sol en linoléum verdâtre. Pendant la Grande Dépression, le bloc cellulaire d'Edgecombe est devenu le foyer de quelques personnages très inhabituels, notamment John Coffey, un homme énorme et apparemment simple accusé d'un crime terrible. Mais il y a bien plus à Coffey qu'il n'y paraît, et en attendant l'heure de son exécution par chaise électrique, Edgecombe et ses collègues gardiens verront leur monde entier changé.

Tous les personnages de cette histoire sont magnifiquement développés - même les plus méprisables. Ils sont si finement dessinés qu'ils sautent tous de la page, et on pourrait facilement croire que King ne les a pas inventés mais a simplement écrit une histoire vraie. En relisant ce livre, je me suis retrouvé encore plus ému que je ne l'avais été lors de la première lecture. Quiconque connaît cette histoire sait que peu de méchants dans la littérature sont aussi répugnants que Percy Wetmore. J'avais oublié à quel point je déteste la petite fouine, et j'ai lu les passages impliquant ses actions malfaisantes imbéciles, mes lèvres bouclées de dégoût. Wild Bill Wharton n'est également rien de moins que diabolique, mais Percy me rend plus malade, d'une manière ou d'une autre: la nature de Wharton est pourrie au cœur, mais Percy choisit de faire ce qu'il fait en pleine connaissance des conséquences. Peu de résolutions sont aussi satisfaisantes que ce qui finit par arriver à ces deux gars.

King fait un travail merveilleux pour contextualiser cette histoire: le Sud pendant la Grande Dépression n'était pas un pique-nique, et les hommes qui gardent ces prisonniers ne voulaient pas exactement ce travail spécifique, mais c'était un travail, et ils savaient que leur gagne-pain dépendait d'eux bien. Edgecombe essaie de redonner leur humanité et leur dignité à (la plupart) des hommes dont il a la garde, ce que j'ai trouvé être un élément fort et émouvant à ajouter à cette histoire. En fait, la voix d'Edgecombe, fatiguée et regrettée, est, à mon avis, la meilleure écriture que King ait jamais faite.

"The Green Mile" est le genre d'histoire qui vous accompagne pendant longtemps, et King a réalisé quelque chose de vraiment remarquable avec ce conte incroyable qui mélange le réalisme magique, l'étude des personnages et des moments sanglants d'horreur trop humaine. Certainement mon livre préféré de lui, de loin. Toutes les étoiles. Il faut noter que même vingt ans plus tard, le film est toujours une adaptation parfaite, merveilleusement joué et réalisé.
05/12/2020
Rape Nelson

Quel chef-d'œuvre!

Stephen King a fait beaucoup d'effarouchement dans ses livres, mais il ne m'a jamais brisé le cœur comme il l'a fait avec The Green Mile.

Même s'il y avait des éléments d'horreur, après tout, nous avions une chaise électrique appelée «Old Sparky», ce roman ressemblait parfois à un conte de fantaisie. Je suis sûr que la plupart des gens ont vu la version du film et dans ce cas, c'était très fidèle au livre. Pourtant, cette pièce poignante du classique de l'horreur restera l'un de mes favoris. Ce livre était impeccable et mérite toutes les étoiles!
05/12/2020
Viole Griswald

Ce livre - que dois-je en dire? Steve se transcende ici. Si on me demandait de choisir le meilleur livre jamais écrit par Stephen King, ce serait celui-là.

L'horreur ici est bien trop humaine. La cruauté des êtres humains les uns envers les autres - les législateurs ainsi que les contrevenants - est présentée dans l'enceinte fermée du couloir de la mort d'une prison. L'histoire est racontée par Paul Edgecombe, le directeur de la prison; maintenant dans une maison de vieilles personnes, en attendant le bourreau incontournable - Le Grim Reaper avec sa faucille. Alors que Paul se souvient des événements d'une certaine période dans le couloir de la mort du pénitencier de Cold Mountain, nous rencontrons des meurtriers psychotiques ainsi que des flics sadiques, et des morts pacifiques et horribles alors que les condamnés marchent le long de la chaise électrique - le couloir connu sous le nom de " Green Mile ".

L'histoire tourne autour de l'énigmatique figure de John Coffey, condamné à mort pour avoir violé et assassiné brutalement deux jeunes filles: Coffey, qui a le pouvoir de guérir quoi que ce soit par son toucher. C'est ce cadeau (ou malédiction) qui fait avancer l'histoire jusqu'à ce que nous arrivions à sa fin douce-amère. Il y a cependant une note de désespoir tranquille à l'arrivée - oui, parfois dans la vie, le Green Mile peut être trop long.
05/12/2020
Thielen Weith

Ce livre devient de plus en plus brillant et déchirant à chaque fois que je le lis. Je pense toujours que je suis prêt pour les émotions que je suis sur le point de ressentir mais je ne le suis jamais et cela me détruit à chaque fois! C'est juste une si belle histoire déchirante, elle touche à toutes les émotions et me fait tellement ressentir. Et en fin de compte, je pense que c'est ce qui en fait une excellente histoire. Il y a de l'horreur, du chagrin et de la colère et tout le reste et tout est tissé si parfaitement que vous ne pouvez pas vous empêcher d'être complètement attiré et investi dans ces personnages et leur destin. C'est certainement l'une de mes meilleures histoires préférées de King, c'est vraiment un chef-d'œuvre!
05/12/2020
Francine Ochala

J'ai essayé de lire et de lire quelques livres de Stephen King dans le passé, alors honnêtement, je pensais que cela allait être difficile, mais ce n'était pas le cas, et je voulais terminer le livre avant de regarder le film et je '' Je suis content d'avoir réussi! Aussi parce que j'ai réussi à éviter les spoilers après tout ce temps, je ne savais pas de quoi parlait ce livre à part qu'il se déroule dans le couloir de la mort. Alors oui, ce livre m'a surpris dans le bon sens.

Tout d'abord, je veux juste dire que je ne suis pas vraiment un grand fan de livres de crime / horreur / surnaturel, comme je les lirai s'ils me sont donnés, mais ils ne sont pas mon premier choix juste parce que je trouve la majorité d'être si prévisible et stupide, pourtant ce livre est vraiment différent de tout ce que j'ai lu de ces genres auparavant? C'était vraiment mystérieux, et parce que je n'avais aucune idée de ce qui allait se passer, je me suis juste laissé emmener pour la balade et voir ce qui s'est passé. J'ai l'impression que vous ne pouviez pas vraiment deviner ce qui allait se passer ou qui avait fait quoi parce que l'écriture de King vous prouvait à chaque fois que vous vous trompiez, comme avec M. Jingles, la femme de Hal et William Wharton. J'ai aussi l'impression que tout a été traité au bon moment, rien n'a été précipité, mais ensuite tout ce qui était censé être un secret ou intéressant a été caché juste assez pour vous intriguer et vous faire lire, mais pas assez pour vous frustrer ne savait pas ce que c'était. J'ai aussi adoré les personnages de ce film, ils étaient de vrais humains et tous différents, ce qui explique pourquoi ce livre était si intéressant. Vers la fin, je suis devenu si triste aussi, c'est pourquoi j'ai fini par lui attribuer 5 étoiles, parce que j'ai l'impression que vous vous attachez émotionnellement et que vous vous souciez de ce qui se passe avec l'histoire et les personnages, alors l'auteur a fait du bon travail pour vous impliquer.

Ce livre vaut vraiment la peine d'être lu alors, et je le recommanderais certainement si vous n'avez aucune idée de l'histoire ou des spoilers à l'avance.
05/12/2020
Azaleah Silagy

5 * pour le film et 3.5 * pour le livre. Cependant, je pense que cela est largement dû à l'ordre du texte consommé, plutôt que le film étant meilleur que le roman. Le récit lui-même, se rapportant aux deux textes, est le gagnant global ici.

Bien que je n'aie pas revu le film depuis un moment maintenant, c'était l'un de mes préférés. J'ai dû voir
au moins une demi-douzaine de fois. J'ai adoré les relations, le cadre unique du mile, les notions de bien contre le mal et le merveilleux éventail de personnages. La mise en scène, la cinématographie, les décors, les costumes et les acteurs étaient également superbes.

Le roman est sorti à l'origine dans des épisodes de Dickens, chapitre par chapitre, qui soulignaient l'influence de King à l'époque en termes de popularité. Je ne l'ai acheté que bien plus tard, comme un seul roman. Je pense que les éléments du chapitre apparaissent légèrement; cela semble un peu plus répétitif que la plupart des œuvres de King.

L'histoire elle-même est finalement belle, avec à la fois des éléments tragiques et des éléments d'espoir, et la représentation évocatrice habituelle de King des relations. L'utilisation par King d'une atmosphère réaliste magique plus douce, plutôt que ses éléments d'horreur plus ouvertement fantastiques, a également rendu le texte plus subtil et intrigant. La fin aussi, l'écueil perpétuel de King, est d'une beauté envoûtante.

La principale raison pour laquelle le livre était moins agréable était très probablement qu'en tant que film tragique de Green Mile, l'histoire était, pour la plupart, la même (bien que le livre prolonge la fin). Très probablement, si j'avais lu le roman avant le film, je lui aurais donné cinq étoiles à la place.

Quoi qu'il en soit, je recommanderais volontiers le film et le roman aux cinéphiles et aux lecteurs. C'est un récit touchant, à la fois poignant et significatif.

Laisser un avis pour Le mile vert