Page d'accueil > Bandes dessinées > GraphicNovels > Marvel > Iron Man: Démon dans une bouteille Évaluation

Iron Man: Démon dans une bouteille

Iron Man: Demon in a Bottle
Par David Michelinie John Romita Jr., Bob Layton, Carmine Infantino,
Avis: 30 | Évaluation globale: Médias
Lauréat du prix
8
Bien
10
Médias
8
Le mal
4
Terrible
0
Iron Man affronte son ennemi le plus intouchable dans l'industriel criminel Justin Hammer et son armée littérale de super-méchants! Mais le vengeur blindé peut-il vaincre un démon personnel encore plus implacable, invulnérable à la technologie ou à la richesse?

Avis

05/12/2020
Nochur Echter

Il est important de se souvenir du public d'origine des vieilles bandes dessinées. Lorsque le scénario "Le démon dans une bouteille" a été diffusé à l'origine en 1978, le lecteur moyen de bandes dessinées avait plus de 10 à 12 ans; beaucoup plus jeunes que les 25-30 ans qui constituent aujourd'hui l'essentiel des lecteurs de bandes dessinées.

Dans cet esprit, cette collection est tout à fait un exploit, et il est encore plus important de penser de manière critique.

C'est dans cette histoire que le personnage de Tony Stark a reçu les éléments humains profonds qui le rendront intemporel. Il a été montré à son plus humble et à son plus noble. Les premières lignes du dernier numéro de cette histoire en disent long:

"Par définition, un héros est un homme qui se bat contre des probabilités écrasantes pour une cause, un idéal ou pour la vie d'innocents. La cause et l'idéal peuvent varier selon les manchettes du matin - tandis que les innocents dans le monde d'aujourd'hui de moralité boueuse, peut finalement s'avérer coupable.

Ce qui ne laisse qu'une constante dans la définition: qu'un héros est avant tout un homme ...

... Un homme soumis à des pressions et à des responsabilités bien au-delà de celles de ses pairs. Tel est un fardeau qui doit finir par faire des ravages, même du guerrier le plus vaillant.

Et c'est alors que le test d'un vrai le héros commence. "

Il convient de noter que le «test d'un vrai héros» n'était pas le méchant «Whiplash», «Melter» ou l'un des autres creeps costumés génériques qui remplissent ces pages (la seule chose négative que je dirai à propos de ce livre), mais c'est quelque chose que n'importe qui peut rencontrer, surtout les 25-30 ans qui lisent des bandes dessinées aujourd'hui:

De l'alcool. Dépendance. Égoïsme. Ou comme l'écrivain David Michelinie le dit dans la préface «obsession».

(Sachant que Tony Stark lutte contre «l'obsession», comment cela affecte-t-il votre lecture de l'arc narratif de la «Guerre civile»?)

Un autre élément qui fait que cette collection mérite d'être lue est l'art ancien de John Romita, JR. (JRJR) Je vois que JRJR a un artiste très stylisé aujourd'hui. Quiconque connaît son travail peut le repérer à dix miles de distance. Vous pouvez dis juste quand quelque chose est dessiné par JRJR. Cette collection offre un regard sur ses débuts en tant qu'artiste, avant que son style ne soit si immédiatement reconnaissable, et il y a une grande valeur à cela. Une comparaison de cette collection avec son récent travail sur Spider-Man montre clairement les éléments de son style qu'il a gardés, développés ou jetés. Bien que je ne sois pas un graphiste, je suis fasciné par le parcours artistique évident qu'a connu JRJR, et j'imagine que les étudiants en art et les futurs artistes de la bande dessinée gagneraient à l'observer aussi.

Une dernière note à propos de cette collection: il y a des pépites d'or du plus grand univers Marvel jetées ici et là tout au long de l'histoire. Que ce soit le majordome des Avengers, Jarvis, se parlant à lui-même de la recette de pudding au pain de sa mère, ou la bête habituellement articulée et ultra-agile jonglant mal sur le dos d'un canapé et disant des choses comme "un peu effrayantes", les petits éléments de la L'univers Marvel m'a fait sourire à chaque fois.

Recommandé pour les fans de Marvel, les nouveaux venus à Iron Man (il n'y aurait pas de film s'il n'y avait pas d'abord eu d'histoires comme celle-ci) et tous ceux qui sont obsédés par quelque chose, même les bandes dessinées.

05/12/2020
Mitchiner Torralba

J'avais beaucoup entendu parler de cette histoire. Plutôt bon, parfois mauvais. Je dirai que même si c'était une brûlure lente, je sentais que regarder la vie de Tony se dissoudre lentement autour de lui, le faire fuir et se cacher grâce à l'alcool était vraiment bien fait. Dans les numéros précédents, le sujet était en quelque sorte brossé sous le tapis, à part quelques commentaires sérieux ici ou là. Ce n'est que lorsque nous avons atteint la moitié du chemin où il a été clairement montré que Tony abusait de l'alcool et s'enfonçait davantage dans la dépendance. Ce voyage de «oh, je vais juste boire un verre ou deux» à «j'ai un problème grave» était très réel et compréhensible avec tout ce qui se passait dans la vie de Tony. Mon problème préféré était le dernier cependant, je ne pense pas que cela aurait été aussi bien si nous n'avions pas vu la lutte de Tony. Les dernières pages où nous voyons Tony résister à la tentation de boire à nouveau ont été puissantes et ont été merveilleusement payantes pour le voyage que nous venons de traverser.
05/12/2020
Sabian Cullinan

C'est toujours une belle histoire.

Certes, comme beaucoup de métiers Marvel de cette époque, le véritable scénario est beaucoup plus en arrière-plan que ce à quoi on pourrait s'attendre. Les deux premiers problèmes avec Namor ont très peu à voir avec le problème d'alcool de Tony. Après cela, c'est principalement une dépendance à croissance lente qui se déroule à l'arrière-plan de ses problèmes avec SHIELD et de sa relation avec Bethany Cabe. Elle était beaucoup plus favorable que je ne me souviens qu'elle était la première fois.

Une chose que j'ai toujours aimé chez Tony Stark: c'est une histoire de rédemption. C'est un homme qui n'est pas fier des choses horribles qu'il a faites dans le passé. Il a passé toute sa vie à essayer de réparer ses erreurs et à empêcher les autres de suivre ses traces. C'est un homme qui donne aux autres une deuxième chance et c'est l'aspect le plus étonnant de ce personnage pour moi.

Cette histoire a souligné que les problèmes de Tony étaient son problèmes; pas Iron Man. Il était à blâmer pour la façon dont ses relations avaient empiré. Je ne peux pas m'empêcher de comparer le traitement de cette histoire sur la toxicomanie à l'histoire moins qu'impressionnante "Snowbirds Don't Fly" dans DC comics. C'est une bien meilleure représentation que la manipulation de DC car cela ne déprécie pas la victime et cela vient de leur POV - pas un étranger avec beaucoup de mépris pour la victime.

Donc, cela reste une grande histoire classique de Marvel et c'est bien mérité, à mon avis. Encore une fois, si vous voulez simplement vous concentrer sur le problème d'alcool de Tony, ce commerce est un peu loufoque.
05/12/2020
Mellette Spratlen

Les trois plus grands arcs d'histoire de la bande dessinée:

1) Le compagnon guilleret de Green Arrow Speedy succombant aux maux de l'héroïne et se faisant pendre, bébé.

2) Le Flash réduit à l'itinérance, dormant dans la neige. Boo hoo, boo hoo.

3) Iron Man frappe la bouteille et devient un alcoolique inutile. Les bandes dessinées sont votre meilleur divertissement!
05/12/2020
Dode Haas

Un peu difficile à revoir ... J'ai vraiment besoin d'arrêter d'essayer de lire des trucs des années 70, c'est une époque totalement différente, avec des styles d'écriture qui sont étrangers, pour moi au moins. Ainsi, Demon in a bottle est célébré comme l'une des meilleures histoires de Iron Man, car Tony Stark lutte contre sa dépendance à l'alcool; sonne bien non? Ça l'aurait été si l'histoire n'avait pas été de quelques pages à la fin, et c'est tout! Fondamentalement, c'est une semaine dans la vie de Tony Stark, car il se bat avec des méchants, s'occupe d'espionnage d'entreprise, etc. Une chose que je vais donner à cette bande dessinée, c'est que l'alcool est toujours présent, cela commence avec Tony ayant deux martinis , puis il se construit à partir de là; mais à la fin, sa dépendance est seulement reconnue et traitée dans le dernier numéro, ce métier recueille. Dans l'ensemble, cela rend ce livre décevant, car la façon dont les gens en parlent et la couverture, vous vous attendez à ce que "Demon in a Bottle" soit le tout; et bien que l'accumulation de la dépendance soit cool, ce n'est pas vraiment suffisant pour être satisfait! En fin de compte, c'est bien, je suppose, mais ne vous attendez pas à ce que le chef-d'œuvre intemporel (pour cette époque), vous frappe de manière spectaculaire maintenant en 2017!
05/12/2020
Harsho Feagin



Ce n'est pas aussi bon que je m'en souvenais, mais cette mini-saga est toujours une étape importante d'Iron Man, introduisant des thèmes comme l'alcoolisme, la dépendance et l'obsession à un personnage de bande dessinée fils de la guerre froide (il suffit de regarder l'histoire d'origine Michelinie / Infantino " remake "/ fill-in à l'intérieur de ce volume avec les grands méchants méchants ... Oh bon deuil) et Spy fiction, et le rendant pour la première fois beaucoup plus intéressant.



Michelinie et Layton font un très bon travail ici, ils sont toujours l'équipe la plus emblématique et la plus classique d'Iron Man, et Romita Jr à ses débuts était un artiste bien meilleur qu'il ne l'est maintenant.



N'oubliez pas que cette bande dessinée de la fin des années 70 était destinée aux jeunes lecteurs et encore loin du révisionnisme des super-héros qui a explosé comme 10 ans plus tard avec Watchmen et Batman: le retour du chevalier noir, mais la scène de l'assassinat brutal de l'ambassadeur de Carnelia était vraiment choquante pour l'époque.



Et Tony's bromance l'amitié avec Steve Rogers commence ici, donc si vous êtes fan d'eux, c'est une lecture incontournable pour vous. Face à face, vrais croyants!
05/12/2020
Pippas Sobczyk

Demon in a Bottle est un morceau de canon comique qui dépeint un événement important dans la vie de Tony Stark: sa bataille contre l'alcoolisme.

L'alcoolisme, vraiment? Il n'y en avait presque rien ici. Au lieu de cela, il s'agit problème après numéro de Tony traitant d'autres problèmes (Namor le sous-marinier, Justin Hammer altérant le costume d'Iron Man pour provoquer la mort d'un délégué international, SHIELD ayant une participation majoritaire dans Stark International), après quoi il '' Je vais me mettre à l'aise avec ledit démon dans une bouteille. En fait, son alcoolisme n'a pas beaucoup de poids dans l'intrigue jusqu'à la fin de l'arc, où il a été reconnu, lutté, puis résolu en quelques pages.

J'ai également un problème avec le dialogue descriptif que disent les personnages, quelque chose dans le sens de "Mon revêtement réfractaire surélevé correspond à votre faisceau froid!" Là encore, peut-être que les bandes dessinées ont vraiment été écrites de cette façon dans les années 70.

Sans parler de tous les méchants ringards de second ordre auxquels il doit faire face. Je veux dire, Man-Killer? Sérieusement?

Pourtant, je ne peux pas dire que cela n'a pas aidé à façonner le personnage de Tony Stark. Sa bataille contre l'alcoolisme, aussi bref soit-il, a créé un impact durable sur la façon dont Iron Man a été écrit.
05/12/2020
Golanka Goonen

C'est assez étonnant que je ne l'avais pas encore lu. J'ai lu une bonne partie du canon d'Iron Man, et beaucoup d'Iron Man dans les livres récents 12413531251325 dans lesquels il a été, mais pour une raison quelconque, je ne m'étais jamais tourné vers "Demon in a Bottle". Maintenant que je l'ai enfin lu, je suis tellement content de l'avoir fait. C'est un peu lourd, bien sûr, et plein de défauts que toutes les bandes dessinées socialement conscientes des années 1970 avaient, mais c'est une histoire solide avec une caractérisation étonnamment subtile et un rôle féminin vraiment excitant (où Bethany Cabe est-elle partie dans les bandes dessinées ?). Je recommanderais cela à n'importe qui, avec n'importe quel niveau de connaissance d'Iron Man, en particulier les cinéphiles à la recherche d'un endroit pour se lancer dans les bandes dessinées.
05/12/2020
Nuris Murfin

Iron Man 120-128

Aussi bonne que sa réputation. L'art de JRJr est l'un des meilleurs que j'ai vu de lui, avant qu'il ne développe son look cartoony (que j'aime mais ne fonctionne pas pour tous les titres qu'il dessine).

Côté histoire, il se passe beaucoup de choses ici. Tony est aux prises avec la possible prise de contrôle hostile de Stark Industries par SHIELD, ainsi qu'avec des problèmes avec son armure. Et bien que l'histoire ne le mentionne pas spécifiquement, j'avais l'impression qu'il avait également à faire face à la pression de mentir à certains de ses meilleurs amis (Rhodey et Bethany) au sujet de sa double identité. Il y a un meurtre et aussi une mort imminente aux mains de Namor. Enfin, certains méchants maladroits semblent faire équipe, ce qui rend sa vie beaucoup plus infernale qu'ils ne le feraient normalement. Donc, l'intrigue b est que Tony semble boire beaucoup plus que la normale, et cela cause des problèmes. (voir de superbes scènes avec Jarvis sur ce sujet)

L'aspect alcoolisme du personnage de Tony Stark jouera un rôle plus important dans les récits ultérieurs - ici, la grave panne et la récupération ne prennent qu'un seul problème. J'ai pensé à supprimer une étoile pour cela, mais c'est un si bon livre à tous les niveaux que j'ai décidé de ne pas le faire.
05/12/2020
Willett Sladek

Un classique du canon Marvel, mais je ne l'avais jamais lu il y a un mois. La chose la plus surprenante pour moi est que John Romita Jr. a fait les crayons pour presque toute l'histoire jusqu'à ce que j'aie fini le premier numéro. Après l'avoir lu sur des livres comme Daredevil et le plus récent Hulk de la guerre mondiale, je ne vois pas ce que je suis venu identifier comme le style de JRJR ici PARTOUT. C'est incroyable de voir le changement, même si j'ai le sentiment qu'une grande partie du style visuel provient des encres de Bob Layton: si les crayons de John Romita Jr.et de Carmine Infantino semblent presque identiques, alors l'encre a définitivement un style très fort. C'est l'un des rares livres que j'aime l'art et l'histoire beaucoup plus que le dialogue ou l'intrigue: Layton, JRJR et Infantino sont tous de grands artistes et j'aime leur vision d'Iron Man (et de son équipe). Je peux voir pourquoi l'histoire était si importante il y a 30 ans, et je suis content de l'avoir lue, mais elle n'est pas aussi convaincante qu'elle l'était autrefois.
05/12/2020
Shugart Buggy

Iron Man des années 70, dans lequel, vous savez, il est difficile de trouver un homme avec une coupe de cheveux de proxénète et un stache comme celui de Tony. Il doit faire face au Sub-Mariner, qui ressemble à M. Spock dans un Speedo mais a beaucoup moins de compétences sociales. Et il y a un tas de méchants lameass avec des superpuissances lameass qu'il doit envoyer. De plus, il doit aborder le problème de son alcoolisme dans un unique problème qui ressemble beaucoup à un spécial après l'école. Pouvez-vous ressentir l'excitation d'ici?

Non, c'est juste moi qui grince toujours les cheveux de Tony. Egad!
05/12/2020
Dewar Minic

Grâce à Hollywood, tout le monde sait que Tony Stark est un con avec un cœur d'or, c'est pourquoi Robert Downey Jr. est la personne parfaite pour le jouer (imitant la vie de l'art, et tout, d'après les preuves que nous avons). Le choix ici de lui donner un problème d'alcool a vraiment énervé beaucoup de lecteurs lorsque l'histoire a commencé, car cela a "ruiné" le personnage. Pour ceux d'entre nous qui viennent maintenant dans les bandes dessinées, c'est vraiment un choix parfait. Parce qu'Iron Man n'est PAS un gars sympathique, et si vous voulez que vos lecteurs restent, vous devez leur donner des raisons.

Donc, fondamentalement, Stark aime un peu trop l'alcool, et cela commence à interférer avec ses responsabilités commerciales et de super-héros. C'est malheureux, car un homme d'affaires rival veut éliminer Stark Industries et n'a aucun scrupule à savoir quels moyens il utilise pour atteindre ses fins. Tony panique, boit beaucoup et finit par rassembler sa merde, avec l'aide de ses amis. Le fait qu'il n'ait pas beaucoup d'amis rend cela encore plus poignant.

Le seul problème que j'ai ici, c'est que Michelinie a raté une formidable occasion de mettre en scène une intervention avec les Avengers. Peut-être qu'il pensait que ce serait trop ringard? Je pense qu'il aurait pu réussir. Stark aurait probablement préféré mourir plutôt que d'admettre à l'équipe qu'il avait un problème, mais je pense que cela aurait pu fonctionner, et a conduit à un développement / changement de personnage intéressant sur toute la ligne. Peut-être que cela se produit plus tard dans la bande. Je ne sais pas.

Le plus amusant? Casquette enseignant l'auto-défense de Tony en un après-midi. Je ne vais toujours jamais être super-gonzo à propos d'Iron Man en tant que super-héros, mais j'apprécie un peu plus le personnage maintenant.
05/12/2020
Roxanne Ohmann

Vraiment comme ça, mais j'aurais souhaité que les techniques fictives plus modernes aient pu être utilisées pour illustrer que la consommation d'alcool de Tony était responsable de sa chute plutôt que d'un effet secondaire. Mais c'est certainement un nouveau millénaire dans ce qui était révolutionnaire à l'époque.
05/12/2020
Gilletta Zoller

Hmm. Il est difficile de revoir celui-ci, vraiment. Je peux dire que je me suis senti suffisamment diverti en lisant celui-ci ... et que les problèmes d'un an et demi qui traitent réellement du "démon dans la bouteille" (bien sûr, il y a préfiguration, mais pour décrire cette collection dans son ensemble comme traiter l'alcoolisme est tout simplement faux) étaient émotionnellement saisissants et enrichissants. Mais c'est à peu près tout ce que je peux dire. Ce livre m'a été recommandé comme point de départ exemplaire pour la lecture des bandes dessinées d'Iron Man. Et je ne sais toujours pas pourquoi. Une grande partie de l'écriture était assez ringard, et une partie du conflit semblait juste être née d'un besoin de suspense. Cependant, le véritable complot sous-jacent qui traite de Justin Hammer et ... l'événement provoquant un cauchemar, je dirai ... étaient bien pensés et bien faits. Je souhaite juste que cette histoire puisse être remaniée avec des écrivains et des artistes modernes. En fait, j'ai été rafraîchi de voir que le premier numéro d'Iron Man a reçu ce genre de traitement dans ce livre! Voyons maintenant démon en bouteille nettoyé un peu et je suis sûr que ce sera un conte pour les âges. Première étape: changez le titre .....
05/12/2020
Erwin Ridep

Je voulais lire la bande dessinée où Tony Stark a un problème d'alcool depuis un certain temps. Ok, ça a l'air un peu bizarre, mais c'est vrai. C'est le volume qui comprend la bande dessinée classique "Demon in a Bottle".

Ce que je ne savais pas, c'est que c'est principalement le seul problème (le dernier de cette collection) qui le traite. Les 7 premiers numéros montrent que Tony boit occasionnellement, mais il n'atteint pas vraiment le fond avant le problème avant l'éponyme # 128. Jusqu'à présent, l'histoire se concentre sur Justin Hammer jouant avec le costume d'Iron Man. C'est une aventure de super-héros amusante mais pas totalement absorbante, et je me sentais parfois un peu ennuyé. Donc, si vous lisez ceci pour les problèmes de consommation d'alcool, vous feriez mieux d'acheter des numéros numériques uniques de # 127 et # 128.

Cela dit, ce dernier numéro est plutôt génial. C'est assez intéressant de voir une bande dessinée aborder un problème comme boire et le faire d'une manière qui semble organique pour l'intrigue. Encore plus louable est que le gars avec le problème ici est Iron Man lui-même! J'ai vu beaucoup de bandes dessinées aborder les problèmes de dépendance par le biais des acolytes et des amis des acolytes, donc c'est génial de voir que Marvel a eu le courage d'utiliser l'une de leurs plus grandes stars.
05/12/2020
Cerallua Handren

C'était une bande dessinée amusante. Pas génial, mais amusant. J'ai aimé l'ambiance des années 80 de toute l'affaire, et Tony Stark est un personnage amusant. J'ai lu ceci avec le désir de lire une importante histoire d'Iron Man, qui était Demon in a Bottle. Après en avoir tant entendu parler, je m'attendais à une longue bataille entre Stark et l'alcoolisme. Ce livre est cependant sept numéros d'Iron Man traitant de Justin Hammer et de certains super-méchants, stressés, buvant une ou deux fois, puis complètement alcoolisés dans un numéro. Je pense à deux choses.
D'une part, c'est formidable de voir qu'une si grande histoire pourrait être couverte dans un seul numéro à l'époque. Les scénaristes ont vraiment découvert comment compresser une histoire. D'un autre côté, cela semble être un problème suffisamment important pour être traité au cours d'un format plus long. Ce n'est qu'au dernier numéro de ce volume que Tony devient alcoolique, gâche sa vie, décide de se battre contre la bouteille, surmonte et revient dans le jeu. C'est environ 15 pages de vrai combat.
Pourtant, c'est une bonne histoire, et les problèmes non DIAB sont assez amusants pour justifier une lecture.
05/12/2020
Lohman Umbarger

Belle collection de bandes dessinées dans un Story Arc, qui mélange Avengers et d'autres héros de l'univers Marvel. Iron Man combat certains mercenaires travaillant pour quelqu'un. Qui se révèle être Justin Hammer. Le rival de Stark Industry qu'il ne connaît pas. Ce roman graphique a couvert l'histoire d'origine d'Iron Man via la guerre du Vietnam. L'histoire se termine par la justification du titre "Devil in Bottle" alors que Tony se noie dans Drinks provoquant la défaite de son monde. Bonne lecture.

J'ai toujours aimé les bandes dessinées et j'espère que je les aimerai toujours. Même si j'ai grandi en lisant des bandes dessinées indiennes locales comme Raj Comics ou Diamond Comics ou même Manoj Comics, il est maintenant temps de rattraper son retard sur les bandes dessinées internationales et classiques et les romans graphiques. Je suis en quête de lire autant de bandes dessinées que possible. J'adore les bandes dessinées, que les bandes dessinées ne me quittent jamais. J'ai adoré lire ceci et j'aime lire plus, vous devriez aussi lire ce que vous aimez et ensuite juste Continuez à lire.
05/12/2020
Richarda Graza

Je viens de lire ma première bande dessinée. Je me suis inscrit cette semaine pour suivre un court cours en ligne sur les bandes dessinées, je vais donc en lire quelques-unes. Je pense que cela pourrait enrichir les cours que j'enseigne, et c'est un morceau intéressant de notre histoire de la culture pop et de l'actualité.

J'ai vraiment apprécié cela plus que je ne le pensais. Oui, le dialogue est bizarre parce que tout le monde raconte ses propres actions, et tout est trop dramatisé et un peu fantaisiste. Mais je l'ai trouvé très amusant. Cela m'a été recommandé comme un bon point de départ, et je ferai ensuite Watchmen. Dans l'ensemble, une très bonne expérience pour ce débutant comique.
05/12/2020
Clova Badeau

Absolument l'un des plus grands arcs d'histoire Marvel que j'ai jamais lu! Après trop de stress, de douleur et de malentendus, Tony Stark atteint son point de rupture. Il commence à utiliser son armure Iron Man et son alcool pour cacher ses griefs et sa douleur à tout ce qu'il perd. L'arc se traduit par certains des panneaux les plus puissants, dramatiques et beaux que j'ai jamais vus dans une bande dessinée. Si vous aimez les bandes dessinées, ou si vous souhaitez que de grands numéros commencent votre collection, je recommande fortement d'obtenir ce livre!
05/12/2020
Fauch Finken

8.5 bien. Ramène le vieux déoman ​​dans une bouteille. Une histoire formidable et l'un des plus grands scénarios que j'ai lus. N'est pas assez bon pour mon top 1 mais facilement une mention honorable. C'est une bonne lecture et un excellent ajout à votre étagère comique.
05/12/2020
Whitebook Janta

Une caractérisation intéressante et ambitieuse de Tony Stark, mais une écriture, une histoire et des illustrations compétentes oubliables rendent cette chose assez terne.
05/12/2020
Beekman Saulo

Enfant, Iron Man était le meilleur pour moi en ce qui concerne les personnages de Marvel. . . Grattez ça. En ce qui concerne les personnages de bandes dessinées. Ma pop chantait la chanson thème du dessin animé de 1966 (écoutez-la ici: https://youtu.be/9EBar7BK8Mk)
Il est resté avec moi (tout comme le thème du dessin animé de Thor, le mettant sur ma liste de favoris aussi), mais en tant qu'adulte, c'était l'humanité et les luttes de Tony Stark (parfaitement dépeint à l'écran par RDJ. Je veux dire, un meilleur homme pourrait-il ont été lancés? Question rhétorique.) qui le rendait si accessible pour moi. David Michelinie, dans son introduction «Heart of Iron, Feet of Clay», écrit:
«Derrière chaque super-héros se cache un être humain. Non, pas l'homme ou la femme en tenue de spandex flashy, combattant des dangers plus grands que nature; Je parle de l'homme ou de la femme, très probablement vêtu de sous-vêtements et d'un peignoir hétéroclite, qui est assis devant un clavier martelant les aventures de ce héros. Une personne dont les ennemis les plus redoutables sont rarement plus grands que nature, mais sont plutôt issus de la vie elle-même. Une personne qui fait face à des conflits quotidiens sans l'aide de superpuissances ou d'acolytes, mais seulement avec le courage et la sagesse qu'elle est capable d'abattre de l'effort de rester sain d'esprit dans un monde complexe et souvent insensible. Une personne dont les luttes, intentionnelles ou non, trouvent presque toujours un chemin dans les histoires qu'elles racontent. »

M. Michelinie et l'artiste Bob Layton (qui pourrait être mon artiste préféré d'Iron Man) le font dans cette collection. Ils nous montrent que ce n'est pas l'armure d'Ol 'Shell Head qui fait de lui un héros, c'est sa capacité à affronter et à vaincre ses démons. Voici encore M. M:
«Comme Bob et moi l'avons toujours envisagé, Tony Stark, dépouillé de tout ce qui n'est pas essentiel, est un homme de noblesse innée. Peu importe ce qui lui arrive à l'extérieur, peu importe la façon dont ses intentions ou sa concentration peuvent se tordre, il finira par faire ce qu'il pense être juste, quel qu'en soit le coût personnel. Et quand il a atterri au fond de cette bouteille, et a trouvé le démon imbattable qui était sa propre faiblesse, il y a fait face, il l'a combattu, et il l'a repoussé dans le coin le plus sombre de son âme. Et s'il y a une meilleure définition de «héros», je ne le sais pas. »

Moi non plus.

Enfin, dans le numéro 128, le dernier numéro de cette collection, M. M. écrit: «Par définition, un héros est un homme qui se bat contre des probabilités écrasantes pour une cause et idéal, ou pour la vie d'innocents, la cause et l'idéal peut varier selon les manchettes du matin - - tandis que les innocents, dans le monde actuel de moralité boueuse, peuvent finalement s'avérer coupables. Ce qui ne laisse qu'une constante dans la définition: qu'un héros est avant tout un homme… Un homme soumis à des pressions et des responsabilités bien au-delà de celles de ses pairs. Tel est un fardeau qui doit finir par faire des ravages, même du guerrier le plus vaillant. Et c'est alors que commence l'épreuve d'un vrai héros. »

#TeamStark #IronManForever # Loveyou3000
05/12/2020
Pubilis Storms

La première fois que j'ai lu ça, je l'ai vraiment apprécié, en le relisant, je ne sais pas pourquoi je l'ai aimé. Il y a certaines parties qui sont bonnes, mais dans l'ensemble, cela ressemble à un gâchis gonflé, Tony n'est pas vraiment un alcoolique tout au long du processus. Ce que je pensais être le point entier de l'histoire, il a juste quelques verres au début puis environ 3/4 creuse un peu plus profondément dans la bouteille. Même quand il le fait, cela ne se concentre pas vraiment sur l'alcoolisme, ce qui aurait été agréable à explorer.

Au lieu de cela, j'ai eu un combat avec Namor, ce qui était bien et je ne peux pas croire que je dis cela, mais c'était la meilleure histoire de toute l'affaire. Il est à peine connecté au reste, avec seulement 2 petits panneaux. Il y a beaucoup de coïncidences tout au long de cela qui se produisent au hasard comme (voir spoiler)[Comment Hammer sait-il sous l'eau de Tony ou sait-il qu'il a mis la main sur un gros homme. (cacher le spoiler)]

En parlant de gros hommes, ils décident également de raconter l'origine d'Iron Man mais cette fois un petit gros homme est le maître de l'esprit. Pourquoi fallait-il le redire? Il n'ajoute rien de nouveau ni n'explore de nouveaux thèmes, c'est la même chose sauf pour le gros homme. Alors ouais capturé construit un costume, échappe intéressant non? Il y a une partie stupide qui m'a fait rire, pour une raison quelconque (voir spoiler)[il décide de lutter contre le petit gros homme. Il pourrait simplement faire exploser des trucs mais à la place il utilise des aimants. (cacher le spoiler)]

"Dickie! Viens quck! Thar est un homme en armure rouge s'est écrasé dans une cour arrière!"

Donc ci-dessus est une petite citation qui, je pense, surprend bien le reste. Parce que c'est juste des morceaux de duvet stupides, (voir spoiler)[un exemple de cela est la botte d'Iron Man cesse de fonctionner, donc il se bloque, puis après avoir regardé sa botte va non, c'est ok, tout s'envole. je suis désolé, quoi? Vous me dites qu'un gars qui peut construire un costume Iron Man est aussi stupide. (cacher le spoiler)]Qu'est-ce que cela offre d'autre, un clone de Mary Jane et quelques méchants cool qui sont traités comme des idiots incompétents.
05/12/2020
Orose Stageman

J'ai lu cette histoire en tant que problèmes de dos individuels quand j'étais enfant (quand j'ai commencé à lire Rhodey était Iron Man) et cela m'a vraiment touché à l'époque et était tout aussi bon maintenant qu'un adulte, même si j'ai remarqué des choses différentes. Les bandes dessinées s'adressaient à un public différent à l'époque, aux enfants plutôt qu'aux adultes comme ils semblent l'être maintenant, et les auteurs ont fait un excellent travail en travaillant le sujet difficile de l'alcoolisme dans une histoire de bande dessinée de l'époque. Il y avait plus d'éléments de cette histoire reflétés dans les nouveaux films d'Iron Man que je ne le pensais, même si les films ne traitent pas vraiment de son alcoolisme comme le faisaient les bandes dessinées. Cette histoire réussit bien à mettre en place la grande chute de Stark plus tard dans la série et utilise bien le casting de soutien d'Iron Man, comme Bethany Chase, Rhodey, Mme Arbogast et Jarvis. L'art est un grand style de bande dessinée classique, j'associerai toujours les couvertures de Bob Layton au personnage, et les premiers travaux de JRJR ici sont excellents mais étonnamment différents de son style de signature plus tard. Ce livre était également le premier indice du travail que Justin Hammer faisait pour soutenir la galerie des rfogues d'Iron Man et saper le travail de Stark, dont certains éléments conduisent à l'histoire d'Armor Wars. J'évaluerais ce livre 4.5 étoiles si Goodreads permettait des demi-étoiles.
05/12/2020
Erica Tenner

L'histoire séminale d'Iron Man.

Tracée, écrite et illustrée par le plus grand duo d'Iron Man, Michelinie et Layton (avec Romita Jr. mis à contribution), Demon in a Bottle est l'histoire classique d'Iron Man qui nous a donné son premier combat contre l'alcoolisme et la destruction de tout ce qu'il a créé. Il présente également la première apparition réelle du maléfique Justin Hammer, dépeint un peu tristement par Sam Rockwell dans Iron Man 2, et un méchant développé plus tard par Michelinie et Layton dans leurs autres histoires Iron Man.

Demon in a Bottle s'est peut-être terminé trop proprement, mais il ne peut être attendu que selon les normes de Marvel à l'époque. Ce qu'il a fait, c'est créer un conflit durable avec l'alcool de Tony Stark, un conflit qui ne le définirait que plusieurs problèmes plus tard avec l'approche narrative très longue et méthodique de Dennis O'Neil qui a remplacé Tony par Rhodey et a provoqué l'Iron Monger.

Iron Man a quelques "grandes" histoires qui peuvent être mises dans un format roman graphique. La plupart lisent bien dans des numéros uniques, mais c'est Demon in a Bottle, Armor Wars, Mask in the Iron Man, Extremis et d'autres, qui lisent exceptionnellement dans un format long. Demon in a Bottle est le parfait pour commencer.
05/12/2020
Delainey Mclamore

Cette série - je pense qu'il y en avait six ou sept - a quarante ans. Les bandes dessinées comme celle-ci sont incroyablement datées: l'œuvre d'art, l'écriture, les histoires. La plupart de cela était un problème standard Comic Code Marvel: Iron Man combattant les méchants. Ce qui a rendu la série remarquable, c'est la façon dont les scénaristes ont traité l'alcoolisme du personnage principal. Tout au long de l'histoire, Tony "Iron Man" Stark devient de plus en plus accro à l'alcool, jusqu'à ce qu'il soit obligé de faire face à son "démon dans une bouteille" et de lutter contre sa toxicomanie. Assez solide pour une bande dessinée de super-héros, mais il a été bien géré. J'aimerais voir une partie de cela dans les films Marvel que j'aime tant. Cela a certainement ajouté de la complexité et de la profondeur au personnage.

Bon produit. Vieux mais bon. 176 pages environ.
05/12/2020
Primo Ferrusi

C'est difficile à évaluer. L'histoire ultime sur l'alcoolisme est vraiment assez incroyable, surtout compte tenu du temps et du public visé. Et le dernier problème - celui qui se débat directement avec son alcoolisme - est définitivement 5 étoiles (mais avec des défauts). Mais l'arc, dans son ensemble, a beaucoup trop de méchants stupides, des combats sans signification et un mauvais dialogue expositif. S'ils passaient 20 problèmes à vraiment développer le problème de Tony et sa lutte, ce serait fabuleux. Et c'est probablement ce que nous attendons d'un roman graphique moderne.

Je suis VRAIMENT content d'avoir lu ce livre. Cela ressemble à une partie importante de l'histoire de la bande dessinée (et une excellente source de tenues / cheveux des années 70). Mais c'est aussi très daté.
05/12/2020
Ferri Sudhir

C'est l'un de ces livres que vous devez lire.

Pas une suggestion. Vous devez littéralement lire ceci. Il devrait être n ° 1 sur la liste des essentiels d'Iron Man.

Cela montre ce qui fait vibrer Tony Stark. C'est une brillante exploration de ses démons intérieurs et de ses faiblesses. Je l'adore. J'ai été profondément ému par le dernier numéro (et le titre), mais le truc du leadup était super aussi.

Ce volume comprend un bon récit d'origine, ainsi que le matériel source pour Iron Man 2 impliquant Hammer et Whiplash. L'art de John Romita Jr est fantastique. Je l'ai aimé.
05/12/2020
Buddy Edelbrock

C'est agréable de revenir dans Marvel à la fin des années 70 et au début des années 80, un véritable âge d'or des histoires sous la direction du rédacteur en chef Jim Shooter.

Deux ou trois choses ressortent; Rhodey n'est toujours pas War Machine, mais le copain et pilote de Tony Stark; Stark a toujours une identité secrète et affirme qu'Iron Man est son garde du corps.

David Michelinie est l'un des écrivains les plus emblématiques d'Iron Man, et il fait un bon travail en s'appuyant sur l'abus d'alcool d'Iron Man jusqu'à son point culminant plus tard. C'est bien abordé. L'œuvre de John Romita Jr. est sur le point.

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une histoire exceptionnelle, elle mérite d'être lue.
05/12/2020
Ita Kuliga

Note complète J'ai lu ceci sur Marvel Unlimited. Problèmes n ° 120-128.

Même si ça a été un peu difficile, ça s'est très bien terminé. C'est agréable tout au long et la meilleure et la pire chose que je puisse en dire, c'est qu'il illustre les bandes dessinées de l'époque. Mais c'est tout, pour savoir si vous aimez les bandes dessinées de l'époque. Il se trouve que je les aime pour leur charme hokey et leurs personnages et intrigues amusants.

D'autres peuvent être en désaccord.

Je pensais que c'était une lecture solide.

4 étoiles.

Laisser un avis pour Iron Man: Démon dans une bouteille